top of page

Le saumurage : un outil évaluant la présence des tordeuses

Dernière mise à jour : 6 mars


🏃🏻 Phloème a réalisé, au cours de l’année 2023, des milliers d’observations concernant les dégâts des vers de grappes (Eudémis et dans une moindre mesure Cochylis).


🐛 Nous avons observé les pontes, les glomérules, les perforations et évalué la présence de larves par des observations à la parcelle, observations de routine non destructives.


La technique du saumurage, qui consiste à compter les tordeuses réellement présentes dans un échantillon de grappes récoltées, permet de connaitre précisément les populations de chenilles et les dégâts en terme de perforations.

Ces résultats sont à corréler aux observations de terrain.


Début septembre, l’équipe Phloème s’est mobilisée pour un comptage précis des tordeuses sur des échantillons de grappes de nos viticulteurs de différents secteurs.

Début septembre, l’équipe Phloème s’est mobilisée pour un comptage précis des tordeuses sur des échantillons de grappes de nos viticulteurs de différents secteurs.



1. Le prélèvement aléatoire dans les parcelles du réseau Phloème


Pour obtenir des données précises et représentatives, nous avons prélevé des grappes au hasard dans les parcelles à forte pression de viticulteurs faisant partie du réseau Phloème.


Cette approche nous permet d’évaluer précisément les populations réelles de tordeuses avant les vendanges.


Nous avons prélevé des échantillons des principaux secteurs, et en particulier des zones avec une très forte pression, dans les Graves, Pessac-Léognan, l’Entre-Deux-Mers, le Médoc ainsi que dans le Libournais.


Phloème - prélèvement des grappes pour analyse
Phloème - prélèvement des grappes pour analyse


2. Comptage des foyers de perforations : comprendre l'étendue des dégâts


Lors de cette phase d'observation, nous avons tout d'abord procédé au comptage des foyers de perforations des vers de la grappe.


Cela nous permet de valider les comptages réalisés dans les parcelles au cours des dernières semaines.


Foyer tordeuses (botrytis)
Foyer tordeuses (botrytis)


3. Calcul du pourcentage de baies perforées


Nous avons également compté le nombre de baies perforées et le nombre total de baies sur chaque grappe.


Cette étape permet d’évaluer quantitativement les dégâts et de connaître le potentiel de perforation d’une chenille.


Comptage foyers, baies perforées et baies saines
Comptage foyers, baies perforées et baies saines

4. La technique du saumurage : révéler la population réelle des vers de la grappe


Le saumurage est une technique éprouvée qui consiste à immerger les grappes dans de l'eau salée. Cette méthode contraint les chenilles à sortir des baies perforées pour échapper à l'eau salée.


Nous comptons pour chaque échantillon la quantité de chenilles, ce qui nous permet d’évaluer précisément les dégâts.


Mise en place des grappes dans le saumurage. Une fois que la solution fait effet, les tordeuses montent automatiquement à la surface, ce qui nous permet par la suite de les compter précisément, pour chaque échantillon.



5. Premiers bilans de cette analyse


Les résultats sont très contrastés entre les itinéraires techniques et en fonction des secteurs. Dans les échantillons les plus touchés, on peut aller jusqu’à 700 foyers de perforations pour 100 grappes, et 85% de baies perforées.


Dans certaines parcelles, les pertes de rendement liées aux perforations peuvent atteindre 50% du volume.


Tous ces travaux précis visent à évaluer le plus précisément, et de manière dynamique, l’état sanitaire des parcelles.


Ces résultats, que nous vous partagerons prochainement, seront mis en perspectives avec les stratégies de lutte, les produits utilisés et les dates des interventions.


Logo Phloème

24 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page